Produits de beauté : de quoi sont-ils composés ?

D’une texture poudre, crème ou liquide, les produits de beauté s’appliquent directement sur la peau et le contact n’est pas toujours sans conséquence. Les peaux sensibles réagissent parfois ou présentent des allergies et beaucoup de gens se demandent ce que ces produits contiennent en réalité. D’ailleurs, même sans avoir de peau sensible, s’informer sérieusement sur la composition des produits que l’on s’applique sur la peau est tout à fait légitime. Et si nous faisions aujourd’hui le tour de cette question ?

Les produits de beauté contiennent bien plus de composants indésirables que vous ne le pensez

Privilégier les produits de beauté de qualité pour les femmes et pour les hommes vous éviterait bien de déconvenues. En effet, les produits cosmétiques contiennent bien plus d’ingrédients controversés voire dangereux qu’on ne le pense.
Comme sur les étiquettes de produits alimentaires, les étiquettes des produits de beauté sont parfois incompréhensibles par la plupart des consommateurs. À croire que les marques font tout pour nous cacher certains composants. En réalité, les éléments qui suscitent le questionnement sont bien souvent les recours les plus rentables pour les marques. Ces ingrédients réduisent le prix de production tout en assurant des fonctions spécifiques et indispensables.

Jean-François Narbonne, médecin toxicologue, a par exemple rappelé que certaines substances toxiques que l’on retrouve dans les produits de beauté retardent la dégradation de ces derniers. Ces « conservateurs » empêchent également la prolifération de bactéries qui détérioreraient le produit, le rendant trop rapidement inutilisable. Et au-delà de cette fonction de conservateur, d’autres composants qui prêtent parfois à confusion assurent carrément l’utilité d’un produit. Prenons par exemple l’ethylhexyl methoxycinnamate (parfois indiqué sous le nom d’octyl methoxynnamate ou sous l’abréviation OMC) Beaucoup de stick à lèvres en contiennent parce qu’il protège les lèvres des rayons nocifs du soleil. Malgré cette fonction « positive » et cruciale, l’ethylhexyl methoxycinnamate est pourtant un perturbateur endocrinien avéré. Son utilisation dans les produits cosmétiques est réglementée par une directive européenne particulière. Cette dernière en limite rigoureusement la quantité maximale pouvant être utilisée dans un produit. Et les marques de cosmétiques qui en utilisent préfèrent ne pas le remplacer par un filtre UV minéral. Ce dernier ne permettrait pas une répartition facile du produit sur les lèvres, contrairement à l’ethylhexyl methoxycinnamate.

De nombreux autres composants controversés sont utilisés dans les produits de beauté et de soin d’usage quotidien. À chaque fois, ils servent à une fonction bien particulière. Parlons par exemple de l’ammonium lauryl sulfate qui fait mousser les gels douche et les shampoings. Ce composant peut pourtant irriter ou dessécher la peau. Les parabens suscitent aussi beaucoup de débats. Ce sont de potentiels allergisants et vieillissants cutanés. La question des parabens est littéralement épineuse, mais en attendant, ils sont essentiellement utilisés dans les produits de beauté de texture liquide pour empêcher le développement d’agents pathogènes fongiques ou bactériens.
Les exemples cités ici constituent évidemment une infime partie des ingrédients qui méritent réflexion avant de les appliquer ou non sur la peau.

Misez sur des produits de qualité

Le choix de la qualité au lieu du petit prix est évidemment fortement recommandé pour réduire au maximum les risques d’allergie, d’irritation ou d’autres impacts plus graves sur la santé.
Apprenez alors à lire les étiquettes pour en savoir plus sur les composants des produits de beauté. Sachez par exemple que la liste des ingrédients se présente par ordre décroissant de volume. En d’autres termes, le premier ingrédient est le plus présent dans le produit en termes de proportion. Ensuite, les ingrédients chimiques sont en général présentés en anglais et les ingrédients d’origine végétale ou naturelle sont souvent présentés en latin. Tout ça complique les choses, mais des plateformes spécialisées proposent des basses de données permettant aux consommateurs de comprendre tout ce charabia.
Ensuite, faites très attention aux mentions suggérant explicitement que le produit est mieux qu’un autre. Prenons par exemple de la mention « testé sous contrôle dermatologique » qui rappelle effectivement qu’un test dermatologique a été fait. Mais cette mention ne garantit absolument pas que le test en question ait été positif ou satisfaisant. Il faut systématiquement se référer à la composition pour en avoir le cœur net.
Concernant les produits de beauté bio, une certaine prudence est toujours de mise. Pascale Barlet rappelle que les labels bio existent bel et bien, mais souligne par la même occasion qu’ils sont attribués par des organismes privés. Pour le moment, les labels ne sont pas forcément tous très rigoureux vis-à-vis de la composition des produits. On assiste aussi au phénomène du « greenwashing » Les marques mettent les arguments écologiques en avant pour des raisons purement marketing. Mais même si les packagings présentant des herbes vertes, des cascades ou d’autres références à la nature font effectivement vendre, cela cache parfois (souvent ?) des composants réellement indésirables.
Attention, le prix n’est pas forcément un gage de qualité. En effet, beaucoup de produits de beauté haut de gamme peuvent aussi contenir certains composants controversés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *